Roses anciennes normandes  "Le Jardin des oubliées"

 

 

Quelques principes de base : pour comprendre les roses anciennes, je me suis souvent inspiré des rosiers botaniques de nos haies bocagères. J’ai remarqué qu’ils perdaient régulièrement des branches desséchées et âgées de 4 ou 5 ans. Parallèlement, les rosiers anciens se comportent presque de la même manière quand ils sont livrés à eux-mêmes. Dans le jardin ceci se remarque aussi mais avec moins de régularité, sans doute parce que la main du jardinier est passée par là ! De plus ces vieilles branches sont souvent porteuses de maladies diverses et abritent quelques insectes nuisibles aux rosiers. De cette observation, j’en ai déduit que mes rosier ne porteraient jamais plus de branches de plus de 4 ans !

Ensuite il faut distinguer ce qu’est une branche d’un rameau ! Le bourgeon qui se développe au printemps donne un rameau : celui-ci est soit porteur de fleurs, soit il se développe pour donner un rameau donnant au rosier son port : cela peut aller de 1,5 m pour un rosa gallica jusque 4 ou 5 m pour un rosier grimpant : ces rameaux sont précieux car ce sont eux qui donneront les fleurs l’an prochain : il faut donc les conserver ! Ils apparaissent souvent dans les premiers cm, à partir du sol, des branches qui les portent. Pourtant, combien de visiteurs me disent les supprimer pensant qu’il s’agit d’un gourmand !!!

Une branche est un rameau qui a passé sa première année !

Les instruments de taille : Au dix-neuvième siècle, deux écoles s’affrontaient : celle qui ne jurait que par l’emploi de la serpette et celle qui taillait avec un sécateur.

La serpette est un instrument de taille redoutable : elle tranche comme un rasoir et a pour avantage de ne pas écraser les tissus souvent fragiles des rameaux de rosiers.

Le sécateur est muni d’une lame et d’une contre lame : lorsqu’il est mal utilisé, il blesse la plante : il faut que la lame soit sur la partie restante de la plante, pour éviter que le petit bout d’écorce qui se trouve souvent arraché ainsi, ne vienne faire une taille peu cicatrisante.

 

 


 


Accueil Découvertes    Pratique

 

Les époques de taille : « Taille tôt, taille tard, mais taille en mars » : cet adage reste vrai ! Il est souvent précisé que les rosiers à floraison unique et printanière se taillent après la floraison. Personnellement, j’ai remarqué que dans les sols filtrant, cette taille d’été donc, bloquait la végétation du rosier et offrait ainsi peu de rameaux pour la floraison du printemps suivant. Je préfère donc la taille de fin d’hiver quel que soit le type de rosier.

J’ai mis en application un principe qui est simple : couper la branche qui porte les rameaux fleuris au profit du rameau qui s’est développé et qui est le plus près du sol. Nous pouvons conserver deux ou trois rameaux si le rosier est vigoureux pour les espèces non remontantes et pour les grimpants non remontants : cela fait beaucoup de travail pour les espèces palissées car il faut détacher les branches à couper et rattacher les rameaux qui vont fleurir, mais le jeu en vaut la chandelle car la floraison est plus abondante, plus belle et donnera ainsi plus de cynorhodons en hiver !

Pour les espèces remontantes, j’ai choisi de tailler, selon la vigueur du rosier, la moitié des rameaux assez courts et une autre moitié très longue. Parfois cette autre moitié n’est pas taillée, cela a pour avantage d’avoir un décalage dans la floraison sur le plan de la durée mais aussi dans les hauteurs de fleurs.

Dans tous les cas, il faut accepter que les rosiers anciens se courbent sous le poids des fleurs, c’est d’ailleurs là tout leur charme, il n’est pas obligatoire qu’ils soient raides comme la justice !

Evidemment, la suppression des fruits est obligatoire pour les rosiers remontants si l’on veut avoir une deuxième, voir une troisième floraison correcte. Cette taille d’entretien végétatif peut consister à couper les rameaux comme si l’on faisait un bouquet : il ne faut donc pas hésiter !

Avec ces quelques conseils basiques vous pouvez déjà obtenir de bons résultats !

A vos sécateurs donc !

 

 

  

 

 


 

 

 

 

 

 

visites